Economie: Exclure les nationaux de leurs propres terres ? | La Nation
Journal La Nation : « La Nation » le quotidien d'informations et d'actualités, est un journal quotidien de 16 pages minimum au format standard des quotidiens Nationaux de la place. Elle est déjà sur le marché, présente à Antananarivo et dans les provinces.

Edition du

04/06/2015
N° 895

 

Recherche Journal

Exclure les nationaux de leurs propres terres ?

Grande polémique autour de ce problème d’attribution de terres domaniales, suite aux récentes nouvelles rapportées par un site internet affirmant que quelques étrangers ont pu bénéficier de l’Etat, 600 ha dans le cadre de la création d’une zone industrielle. Le personnel du service des Domaines d’Antananarivo va entamer une grève à partir de ce vendredi 5 juin 2015 pour demander la levée de suspension de l’attribution de terrains du domaine privé de l’Etat, titré ou non titré, quel que soit le mode de cession, au profit des personnes privées, ainsi que toute attribution au profit de particuliers d’immeubles communaux, régionaux et provinciaux pour cause d’un inventaire sorti à partir d’un arrêté ministériel en juillet 2014.

Devant ce fait, l’opinion publique se demande bien qui a donc droit et qui n’en a pas ? Qui décide de ceux qui peuvent en obtenir ? Le personnel du service des Domaines soutenus par le syndicat des inspecteurs des domaines et de la propriété foncière (SIDPFM), le syndicat des assistants-rédacteurs des domaines (SARDM) et le syndicat des contrôleurs des domaines du (SCDM) demandent à ce que des terres soient attribuées aux nationaux pour leur propre usage. L’on peut déduire déjà que les étrangers peuvent se voir attribués des terres selon une mesure prise au mois de février 2015 par les responsables, statuant que les grandes sociétés demandant de grandes superficies peuvent en disposer parce qu’elles en font de grands investissements. Pourquoi considérer autrement un Malagasy dans son propre pays et sur ses propres terres ? La moyenne d’exploitation agricole d’un paysan tourne autour de quelques ares. Il ne demande qu’à augmenter de temps en temps cette superficie pour produire plus et vendre plus. Malheureusement, cela est impossible pour le moment à moins que le paysan soit un grand investisseur. Les dirigeants sont souvent offusqués lorsqu’on leur traite de déloyaux en cédant des terrains à des étrangers alors que leurs procédés ne font que confirmer cette qualification ainsi que les rumeurs qui portent sur eux. Cette nouvelle concernant les 600 ha octroyés à des investisseurs étrangers provient du site « Clicanoo.re » lors de la visite du ministre des Finances et du développement économique de Maurice, Vishnu Seetanah Lutchmeenaradoo, à la Réunion où ces mots sont sortis de sa bouche.
Les rumeurs en parlent !
Comme le Collectif TANY l’a soutenu dans ses multiples publications, les étrangers procèdent à des accaparements de terres à Madagascar et que les dirigeants leur soutiennent en leur délivrant une autorisation. Les réseaux sociaux parlent à présent du cas d’Ihorombe où se trouve l’exploitation de la société italienne Tozzi Green. Cette société semble avoir eu l’autorisation de faire le bornage d’Ankazotelo jusqu’à Ankatrakatraka qui s’entend sur une superficie de 40km sur 12 km, soit 48 000ha. Les militants avouent que ce projet de bornage n’a pas fait l’objet de consultation au niveau des villageois et beaucoup de maisons des paysans locaux doivent être enlevées. Un autre projet d’abattoir est en construction dans l’Ihosy. Ceci est le fameux projet d’abattoir que la ville d’Antananarivo ne voulait pas. D’après les informations recueillies au niveau local, l’opération prévoit abattre 500 zébus par semaine. D’après les paysans locaux, ce projet va menacer le cheptel bovin dans la région. De tels projets démontrent l’inégalité de traitement entre nationaux et étrangers. L’on pourrait dire que les dirigeants veulent développer les entreprises étrangères, sans considération des activités des paysans. Le peuple est totalement confus.

Racl. R
Tag :